Sorties Août 2020

Dimanche 23/08/2020 : Sortie club sous la pluie.
Par Alain Darville

Nous sommes six, ce matin, pour une sortie club, sur un de nos parcours habituels, le A.

Bon Jos veut faire 40, Guy 60, donc Daniel aussi, et Jean-Louis suit le mouvement. Il reste Kim et moi pour faire un peu plus, 84 km.

Nous démarrons quand même ensemble. Mes vieux muscles n’ont pas encore digéré la distance et le dénivelé de ce samedi. Mais le départ n’est pas trop rapide.

Après avoir perdu à peu prêt tout le monde, Kim et moi, accélérons un peu la cadence, le vent nous pousse. Et la pluie nous arrose. On n’est pas du tout équipé pour la pluie qui devait arriver l’après-midi. Avec nos beaux vélos, même pas de garde-boue. Il ne fait pas trop froid, et tant qu’on roule, on supporte.

Mais le retour avec le vent de face, ne s’annonce pas des plus commode. Nous prenons une route où nous sommes un peu à l’abris du vent (arbres, maisons), en faisant un détour par Wolvertem.

Ensuite nous allons longer Bruxelles, dont nous voyons les buildings au loin pour rejoindre Anderlecht.

Lien vers le parcours Strava

________________________________________________________________________________________________

Samedi 22/08/2020 : Le BRM 200 de Malmédy
Par Alain Darville

Le BRM 200 est une première pour Thierry D. Ce n’est jamais simple de faire un parcours de 200 km, mais comme la région est très belle, pas facile, mais avec de beaux paysages, c’est de toutes façons gagné pour le parcours ***.

Il faut déjà y aller, + de 150 km en voiture. Thierry nous a donné RDV dans son jardin pour le départ. Je retrouve Michel, Franck, Serge et Yves. Nous allons rouler à cinq.

Nous commençons par un Ravel, pour l’échauffement. Mais ensuite les difficultés commencent : De Trois Pont, en passant par Spa, en contournant Verviers, nous arrivons à Dolhain, premier contrôle. On essaye de rester grouper, mais dans les montées, on sait qui sont les plus forts. Entre-temps Fred nous a rattrapé. Fred, cela fait déjà qlqs années que je ne l’ai plus vu. Je suis ses exploits en gravel via Strava. Effectivement, il reste très fort. Je fais de mon mieux pour rester au contact dans les longues montées, mais Serge n’est pas aussi fringant que d’habitude. Peut-être ses vacances à répétitions l’empêchent-elles de rouler efficacement à vélo ?

Après Dolhain, c’est une grosse montée pour en sortir. Serge et Michel ont décroché, on les reverra quand cela deviendra plus roulant pour aller jusque Visé.

A Visé, on s’arrête pour boire un verre. Michel continue à son rythme. Masque obligatoire dans la ville. Thierry est là aux 2 premiers contrôles, il met un cachet sur nos cartes, donc il ne faut répondre aux questions.

Après Visé, cela va être la très longue montée, en paliers, vers le Signal de Botrange. De 70 m, nous allons grimper à 670 m. Le tout sur 75 km, cela veut que ça monte beaucoup, et cela descend un peu. Le compteur de dénivélé s’affole, le compteur va fleurter avec les 3000 m (enfin nos différents GPS et compteurs montraient un dénivelé entre 2600 et 3000 m).

Serge avait pris la poudre d’escampette à la faveur d’une perte de bidon de Fred. Mais il n’avance vraiment plus très vite (encore moins vite que moi, c’est tout dire), et nous le dépassons. Nous continuons à 4.

A Eupen, 3ème contrôle, nous retrouvons Michel, qui redémarre avant nous, et qui finira en force, plus personne ne le reverra. De même que Serge, perdu corps et bien, il a disparu.

Nous faisons l’arrêt dans une petite épicerie, c’est surtout le plein d’eau qui est important, car maintenant nous allons attaquer la dernière montée vers le Signal de Botrange. Pas par la route, mais via une petite route dans les bois, semi gravel, semi-goudron. Le dénivelé n’est pas trop élevé, mais ça monte en continu pendant 20 km.

Après le sommet de la Belgique, nous redescendons pour prendre la Vennbahn. Ancienne voie de chemin de fer, reconvertie en voie pour cycliste. 125 km de long, en plus des ravels, il y a de quoi faire. Pédaler dans ce contexte, avec les forets à traverser et les paysages à contempler est un vrai plaisir.

Mais Serge et Franck qui avaient roulé sagement jusque-là décident de partir. Je reste avec Fred, nous allons donc finir à deux. Fred connait toutes les routes et chemins de la région.

Pour finir le parcours en beauté, Thierry nous a réservé une petite cote à 15%, après 190 km, ça fait mal. Ensuite nous finissons sur le ravel.

Nous retrouvons tout le monde dans le jardin de Thierry, où nous goutons une bière locale, que nous buvons à la santé de Pierre-Yves qui termine (à ce moment, il lui reste un jour à pédaler) la Race Across France (2600 km et 32500 m de dénivelé).

Serge arrive un peu après.

Belle journée, belle région, beau petit groupe, c’était un BRM comme on redemande. Un peu difficile, mais à part moi, tout le monde aime les côtes, surtout quand elles sont longues et pentues.

Lien vers le parcours Strava

________________________________________________________________________________________________
Samedi 16/08/2020 : Le BRM 400 d’Ostende
Par Alain Darville

Lien vers les photos

Le BRM 400 d’Ostende est un classique du genre. Sauf que à l’air Covid, les départs sont espacés de 5h à 6h30 du matin.

Nous devions rouler à 4, nous serons trois. Franck, Yves et moi. Serge n’a pas pu venir au dernier moment.

Il fait bien meilleur que les 8 jours passés, où nous avons dû subir une canicule avec des pointes à 36°c. Ceux qui ont fait le BRM 600 du week-end passé, ont eu bien du courage.

Nous partons donc direction Poperinge et Bethune. Pas de vent, une température clémente, c’est l’idéal pour rouler à vélo. Mais dans ce cas l’allure est assez rapide : on tient le 27 km/h de moyenne.

Enfin clément, jusqu’au 1er contrôle à Estaires. Dans le bar-tabac, c’est un peu n’importe quoi au niveau masque et distanciations physiques. On met son masque, mais comme tout le monde s’en fout, je me demande qui il faut protéger.

A peine reparti, le ciel devient menaçant, et il commence à pleuvoir. Au début, un peu, puis de plus en plus. Je peux enfin tester mes garde-boues en mode pluie. L’eau qui tombe n’est pas froide. C’est presque une bénédiction après l’épisode de chaleur intense que nous avons connu. Pour une fois, j’apprécie la flotte.

Franck a un petit problème avec son dérailleur électrique avant, la chaine fait des clacs. Le guide chaine est de travers.

A Avesnes-le-Comte, il fait de nouveau beau. Nous dénichons un bar-tabac, pour le ravito. La file à la boulangerie était un peu trop longue.

Et puis, c’est reparti vers Le Touquet. Normalement cela descend pour arriver à la mer, mais le vent est de face. On se relaye pour avancer. On se ravitaille en eau dans un cimetière. Le soleil est revenu, directement, la chaleur est présente, on transpire à grosses gouttes pour avancer.

Et le Touquet est là. Le Touquet-plage où nous devons faire des photos sur la digue pour valider le 3ème contrôle. Tout le monde masqué, sauf les cyclistes. Comme nous nous arrêtons pour les photos, nous devenons des piétons. Donc on fait asap. Tout le monde masqué, c’est étrange, le ciel est gris, pour les touristes, je ne vois pas trop comment prendre du plaisir avec ce bout de tissu sur le nez et devant la bouche.

Et il y a du monde au Touquet, un peu partout. Beaucoup de cyclistes de vacances, il faut se frayer un chemin parmi eux.

Julien avait averti qu’il y aurait un contrôle semi-secret entre Le Tauquet et Etaples, donc à peine après 3 km du 3ème contrôle. Les heures seraient de 12h30 à 16h. En partant de 6h d’Ostende, il fallait rouler façon mobylette pour y arriver. Un peu avant 17h, nous y sommes. Julien est toujours présent, petit ravito en eau, coca, gaufres.

Nous repartons pour la partie la plus dure du parcours. En fait le dénivelé de2200 m est fait sur les 2×60 km (à l’aller et au retour) du parcours français.

La moyenne dégringole, ce ne sont pas des côtes faciles avec des % souvent importants. Nous approchons une altitude de 200 m (en partant de 0, ce n’est pas mal).

Nous arrivons à Saint-Omer, Franck veut y manger. Nous allons donc sur la grand-place et nous y retrouvons Jan R.. Dans le snack, il n’y a plus grand-chose à manger, une assiette de pate (pour moi), un croque-monsieur (pour Yves) et un panini (pour Franck), c’est tout. Franck s’est dévoué pour le panini.

Il commence à faire noir, les derniers 90 km se feront avec les lampes.

A 23h, nous arrivons au dernier contrôle à Hondschotte, juste avant la frontière avec la Belgique, où tout est fermé et désert. Quelques photos plus tard, nous finissons les 35 derniers km avec le vent de face. Le vent a, en effet, changé de direction.

Il est 00h37 quand nous finissons les 410 km du parcours. On a quand même tenu les 25,9 de moyenne. Ce qui n’est pas mal pour une distance pareille.

Le parcours est très beau, même si on l’a déjà fait quelques fois. Mais comme chaque fois que je le fais, c’est avec d’autres cyclos, c’est chaque fois une nouvelle aventure.

Lien vers le parcours Strava

________________________________________________________________________________________________

En 2020, pour les 45 ans du club, Kim propose un nouveau design de maillot pour le club

________________________________________________________________________________________________

Dimanche 09/08/2020 : Sortie Club avancée
Par Alain Darville

Pour cause de canicule extrême, 35°c vendredi, 36°c samedi, 33°c annoncé ce dimanche, nous démarrons à 8h du matin.

Jos a déjà annoncé la couleur : Pas plus de 40 km. Marc K. vient nous rendre visite, sa première sortie avec nous depuis au moins 5 ans. Sinon Jean-Louis, Philippe, Pascal et Daniel sont présents.

Moi, j’étais inscrit sur le BRM 600 d’Ostende, mais 2 jours dans la cagna, c’est déjà assez dur comme ça, s’il faut chercher de l’eau toutes les 2 heures, je me suis donc désisté. Honte à moi !! Je ne serai pas super-randonneur cette année. Pas comme Patrice qui y est allé avec 5 litres de Vichy sur le dos.

Nous démarrons sur un tempo modéré pour un petit 70, enfin 80 km au final. Le parcours A, avec quelques ajoutes.

Jean-Louis veut nous montrer un nouveau chemin. On passe le chemin de fer avant d’arriver à Ternat, mais la descente du pont est assez sèche et le virage est à 180°. Pascal rate son coup, touche la roue arrière de Philippe et tombe. Mal à la hanche. Le vélo : Patte du dérailleur pliée. On rafistole les deux, mais Pascal va continuer avec Jos sur le 40 km.

Nous continuons à cinq. Comme c’est assez plat, nous devons de temps en temps attendre Daniel et son vélo à assistance électrique limité à 25 km/h. Mais cela va bientôt changer.

Il y a déjà 31°c à 10h. Mais la bonne nouvelle est que le soleil est assez discret.

Au retour, des nuages noirs sont visibles en direction de Bruxelles. La température baisse tout doucement. ‘Plus que’ 27°. La route est mouillée par endroit, mais nous échappons à la pluie. Quelques gouttes, c’est tout.

Enfin pas vraiment. Après avoir croisé Jean-Louis qui faisait des p’tits tours dans Anderlecht pour arriver à 100 km, il me reste 5 km à faire pour arriver chez moi, et je suis en plein dedans. L’eau est chaude mais je suis trempé.

Lien vers Strava

1 réflexion sur « Sorties Août 2020 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close