Sorties Juillet 2020

Samedi 25/07/2020 : Le 300 d’Anderlecht
Par Pierre-Yves Rosoux

La réactivité et le dynamisme du comité Randonneurs suite à la crise sanitaire font que les inscriptions aux BRM sont grandement facilitées pour les organisateurs, tout se fait en ligne et il n’y a donc pas d’inscription le jour même.

Nous sommes avec Alain présents vers 5h50 ce samedi pour accueillir les 39 randonneurs inscrits (5 ne se présenteront pas, dont 1 seulement à la politesse de nous prévenir).

Patrice, au repos depuis son dernier Paris Brest, et à la reconquête de kilomètres en vue de sa participation aux ‘Borders of Belgium’ (1000 Km) début septembre, a fait une dernière reconnaissance du parcours lundi. Merci à lui.

En tant qu’organisateurs nous partons donc les derniers, à 7h30, en compagnie de Yves, notre super-randonneur 19. Nous sortons de BXL lentement, c’est moi qui ralenti l’allure. Je traîne la patte, j’ai visiblement peu récupéré de Morkoven (210Km) et Little Belgium (310Km) le jour de la fête nat’. Alain est plus fringuant, Yves est toujours en forme… A Fosses-la-Ville nous montons sur le Ravel direction Maredsous. Le 1er ctrl étant au Km 136, je propose (impose? 😉  un ravito à Mettet en sortant de la traçe pour un détour de 500m. Alain est perturbé … mais pas longtemps. Avec Yves, ils enfournent chacun un éclair taille XXL, une véritable portion pour cyclos. Cela leur a donné des ailes et la moyenne horaire grimpe, comme le Ravel en faux-plat montant vers Maredsous. Nous ne nous arrêtons pas à l’Abbaye et continuons vers Hastière en prenant quelques petits casse-pattes qui passent de mieux en mieux, même pour Alain qui se sous-estime et râle toujours un peu (ah bon ? c’est nouveau? ) 🙂

La Meuse française à Vireux marque notre 1er ctrl officiel où nous répondons à 1 question. Jean-Marc Z nous rejoint mais repart directement. Nous le retrouverons plus tard, attablé à Cerfontaine tout comme un groupe « d’aînés », composé de Roger B, Jean-Marc B, Antonio et Marc D.

Après Cerfontaine on emprunte le RAVEL bien connu des randonneurs vers Thuin (on n’a pas changé notre trace), cette piste cyclable est ponctuée de nombreuses barrières oranges. Dès le départ Alain prend la pole-position, en fin stratège, il sait que celui qui se trouve derrière doit faire davantage d’efforts pour revenir dans la roue du leader. Alain se sent pousser des ailes et n’hésite pas à rouler sur les portions roulantes à plus de 40 kmh ! Derrière on mouline pour essayer de suivre ! A Thuin, une petite montée vers Lobbes casse cette allure folle. On s’arrête pour un ‘gonflage’ des bidons dans un cimetière pour être certains de pouvoir arriver au Roeulx (en effet même si le ciel fut très nuageux toute la journée il faisait assez chaud et donc le risque de se déshydrater sur une telle épreuve était bel et bien présent). On grimpe ensuite la route le long de l’ascenseur de Strepy-Thieu. On dépasse Koen L qui nous rejoint à la taverne au Roeulx (3ème et dernier ctrl). On discute le coup, on enfile notre masque quand c’est nécessaire, puis on se remet en selle pour les 50 derniers Km. A une dizaine de Km de l’arrivée les premières gouttes de pluie font leur arrivée. Nous arrivons à 21h10 au Café. Évidemment pas de trace de nos randonneurs « Formule 1 », King K, Sven C (aussi alignés sur la récente ‘route du diable’ dans le sud de la France) mais non plus de personne d’autre ! Alors que je rêvais d’y manger un bon spaghetti pour reprendre des forces, l’établissement est fermé, dommage…

Au final, 300Km et 2625m D+ à 24,9Kmh de moyenne. Une excellente journée au grand air. Hormis le départ, nous n’avons pas rencontré beaucoup d’amis Randonneurs mais nous avons respecté les règles sanitaires, nous n’avons pas agrandi notre ‘bulle’ sociale.

@ bientôt !

Lien vers le parcours Strava

_______________________________________________________________________________________________

Mardi 21/07/2020 : Little Belgium
Par Alain Darville

Avec de G à D: Pierre-Yves, Bavo, Kim, Adrian, Chris et Alain (absents pour cause d’abandon Michael et Catalin)

Lien vers les photos (d’un peu tout le monde)

Lien vers reportage RTBF

Lien vers reportage RTL

Film de Michael des 100 premiers km.

Faire un parcours de 300 kilomètres qui représente la Belgique mais à l’échelle ¼, ce n’est pas tous les jours que l’occasion nous en est donnée. Depuis le mois de février, j’avais pris connaissance de ce projet, inscrit via Facebook un mois à l’avance, c’était une aventure que je ne voulais pas rater.

Pierre-Yves est de la partie, et Kim aussi. Après s’être fait un peu prier, il a rameuté son groupe Whatapps « Le refuge des cyclistes », et 5 autres cyclos ont répondu présents.

Etaient présents de ce groupe : Michael (qui est tombé malade en ne digérant pas le Burger d’Helecine), Catalin (crevaisons à répétition à cause d’un pneu troué), Chris (celui sans cheveux, même si avec le casque, cela ne se voit pas, donc avec une barbe), Bavo (le belge), et Adrian (le Colombien).

Aucun d’eux n’a jamais fait un 300, mais ce n’était pas du tout un problème.

D’ailleurs, 300 cyclos s’étaient inscrits à ce parcours, pourtant 300 km et 3000 m de dénivelé, ce n’est pas pour débuter. Comme quoi, beaucoup de cyclistes qu’on ne voit jamais dans les BRM sont tout à fait capable de faire ces distances. Beaucoup de jeunes, ce qui fait plaisir à voir pour l’avenir.

Sebi Cicleta est le maitre d’œuvre de ce parcours et de l’organisation lors du 21 juillet.

Il y a 4 points de ravitaillements : Bruxelles (km -7), Tours & Taxis, Hélecine (km 79), au Château, Maillen (km 154), l’aéroclub, Waterloo (km 243), la Butte du Lion. Les ravitos changent en fonction de l’heure de passage. Nous nous aurons en commençant par Tour & Taxis, des petits pains (croissants, chocolats), Hamburger/frittes, Morceau de tarte, et pâtes poulet/olives.

Le parcours est principalement sur route, mais pour arriver à faire le contour de la Belgique, il y aura aussi du gravel (chemin en terre, cailloux, pavés), ce qui aura quelques conséquences pour les crevaisons.

Le départ originel devait se faire sous les arcades du cinquantenaire. Le départ devait aussi être groupé. Mais pour cause de Covid-19, chacun pouvait partir d’où il voulait. Les ravitos changeant en fonction des heures de passages.

Le départ n’était pas simple : Le RDV initial de Kim était au cinquantenaire à 6h30. Pour Pierre-Yves, c’était plus simple de partir de Tour & Taxis pour profiter du déjeuner. L’heure fluctuait entre 6h30 et 7h00. Pour finir Kim et son groupe partaient de Tour & Taxis à 6h30 et Pierre-Yves, du même endroit à 7h. Et finalement quand j’arrivais à 6h50, tout le monde était présent. Pour arriver à Tour & Taxis, il faut prendre l’ancienne voie de chemin de fer aménagé en chemin de terre. La rampe pour y accéder est en plaques de métal qui font un boucan de tous les diables. Les voisins remercient les concepteurs à chaque passage d’un cycliste.

Départ à 7h10, pour une petite traversée de Bruxelles, via le Mont des Arts et la Place Royale, qui était fermée à la circulation (ainsi que le Parc Royal), pour cause de 21 juillet. Petit détour pour passer vers le Cinquantenaire et partir en direction de Louvain qui sera contourné par le Nord. Bien vite, j’ai compris que Kim a amené des cyclistes aussi forts que lui. Aucun n’a fait un 300, mais tout le long du parcours, ils avaient l’air increvables (physiquement, je veux dire).

Bien vite, on va s’apercevoir que les gravels sont plus nombreux et plus longs que je ne le pensais. Les pneus vont souffrir en passant dans les trous et en tapant les pierres.

Après deux crevaisons, nous arrivons au Château d’Hélecine, à 11h15. Le vent très faible, nous est favorable.

Il y a déjà de nombreux cyclistes dans le parc. Le temps de fuir une équipe de RTL qui voulait faire son reportage, je vais à la recherche de mon hamburger (qui sera fatal à Michael).

Le plein de nourriture et d’eau dans les bidons faits nous repartons à 11h50 en direction de Maillen (2ème ravito), en contournant Hannut et en passant par Goyet. Nous allons perdre Michael. Et nous allons finir par perdre Catalin, qui crève et recrève. Même les billets de 20 euros ne bouchent pas le trou dans son pneu. Personne n’a de pneu de rechange. Moi, j’ai bien un 700×32, mais cela ne rentre pas dans son cadre. On l’attend quelques fois, les minutes passent.

Kim et Cie disparaissent à la faveur de quelques montées et d’un long (très long) faux plat descendant, vent dans le dos, fait à toute allure. On les retrouve, la Meuse passée à Namèche. Et on fait des cotes ‘normales’ et en gravel. Et c’est là que je remarque que les garde-boues et le gravel ne sont pas compatibles. Le bout des pieds touche régulièrement le garde-boue et c’est un peu gênant. Les nouveau vélo gravel ont d’ailleurs leur roue avant un peu avancée pour éviter ce problème.

Nous arrivons donc à l’aéroclub de Maillen, en ayant perdu Michael et Catalin.

Le morceau de tarte est bien petit pour ce qui nous attend. PY et Kim ont donné de leur personne pour avoir un 2ème morceau, moi j’avais des tartines, Adrien a réussi à avoir le reste du BBQ.

Il est 15h20 quand nous y arrivons et 15h50 quand nous repartons, après avoir fait une photo de groupe. Il reste 140 km à faire.

Nous retraversons la Meuse à Profondeville. Du monde le long de l’eau. Et nous partons direction la Sambre que nous quittons pour faire une grande boucle pas loin de Jemeppe-sur-Sambre pour tracer l’enclave de Givet.

Un peu avant d’arriver à Villers-la-Ville, Kim nous amène chez ses parents pour faire le ravito en eau et boire du sucré. Ils étaient très gentils et comme ils sont polyglottes comme Kim, ils pouvaient sans problème converser avec les anglophones du groupe.

Nous arrivons à Waterloo à 19h50. Bavo et Adrian (les plus forts à ce moment) nous attendent depuis un long moment. Comme je me trainais derrière depuis le départ, PY et moi devions être régulièrement attendus, j’en avais profité pour montrer mon cuissard arrière à Kim et Chris.

Plat de pâtes au menu. Nous repartons à 20h30, il reste 50km, nous allons finir dans le noir.

Je ne sais pas ce qu’il y avait dans ces pâtes, mais maintenant tout le monde pète des flammes. La première grosse côte venue, tout le monde disparait, même PY monte comme Pantani le faisait et Kim emmène tout le monde à fond la caisse. Je n’ai pas du manger la même chose que les autres. J’arrive à recoller avant d’arriver au canal de Charleroi-Bruxelles, mais ça roule toujours aussi vite.

Le Payotenland n’a jamais été aussi rapidement traversé.

A Jette, le groupe des BBB nous rejoint (on attendait Kim, qui chipotait à son vélo) et nous finissons tous ensemble à 22h50 dans un Tour & Taxis désert après avoir redévaler la pente en plaques métalliques du matin, mais ici tous en groupe. Ce n’était plus du boucan mais un vacarme à réveiller les morts.

La dernière photo faite par le garde des lieux, chacun rejoint ses pénates pour un repos bien mérité.

Le groupe de Kim m’a impressionné. Ils sont tous très forts, ne faiblissent jamais et auraient pu encore rouler longtemps comme ça. Le parcours était superbe, chapeau à l’organisateur. Il faisait beau, j’ai fait mon tour de Belgique miniature, je suis content.

Lien vers le parcours Strava

______________________________________________________________________________________________

Samedi 18/07/2020 : Le BRM 300 de Morkhoven
Par Alain Darville

Premier 300 de la saison. Un 300 tout plat pour commencer. Qui dit plat, dit vitesse et le résultat est le même. Aussi fatigué à l’arrivée qu’avec un brevet vallonné.

Comme nous sommes toujours à l’ère du Covid-19, le BRM est composé de 3 boucles de +- 100 chacune, et on revient chaque fois au départ. On ne fera aucune autre pause ailleurs. Donc 3 runs de 100 km.

Patrice qui est sorti de son hibernation vient se tester sur un 300 avec la possibilité d’arrêter après 200, si cela prend trop de temps.

Il est 6 heures, rdv avec Michel, Pierre-Yves, Yves et Eric. Mais Yves n’est pas là. Il pensait que c’était à 7 heures. Eric va l’attendre. Nous partons à trois à 06h10. Pierre-Yves a déjà annoncé qu’il ne ferait qu’un 200.

Pierre-Yves entre sa ‘petite’ Route du Diable réussie et sa Race Accross France (2600 km et 32500 m de dénivelé) veut juste garder la forme. A voir ses mollets sans un pet de graisse qui dessinent les muscles d’un vieux briscard, je pense qu’il est prêt.

Les premiers km servent d’échauffement, on ne roule pas trop vite, mais tout doucement, la vitesse moyenne roulée plafonne à 30 km/h. On se relaye à trois. Je me demande si on va tenir 300 km comme ça. Pierre-Yves se promène, il pourrait monter à 35 km/h sans problème.

Nous passons prêt d’Anvers en longeant un bout du ring. Et puis c’est chercher la réponse à la question : « De quelles couleurs sont les barrières de l’écluse n°5 de Sint Job in’t Goor » : Jaune et noir.

A 30 km de la fin de la première boucle, Pierre-Yves veut acheter des couques dans une boulangerie. Michel et moi, nous continuons à deux. 10h10, 107 km de faits. 27,3 km/h de moyenne.

20 minutes de pauses, les bidons remplis et déjà quelques tartines de mangées, nous repartons. Michel est déjà parti depuis 5 minutes en disant, « Vous me rattraperez bien !! ».

Avec Pierre-Yves, cela ne chôme pas. En quelques kilomètres la jonction est faite. Maintenant nous partons à la frontière hollandaise, à Arendonk, en contournant Turnhout. Il n’y a plus de temps morts. On continue à se relayer. A la frontière il faut trouver la borne frontière cachée derrière un arbre : « Année, n° » : 1843 et 202. Et on est reparti. Il commence à faire chaud, j’ai de temps en temps de petites crampes dans les cuisses. On ne boit pas assez : 2 bidons pour faire 100 km quand il y a presque 30°c en plein soleil, c’est short.

Le retour se fait sous un petit vent de face, mais la moyenne ne diminue pas : 28,7 km/h pour la nouvelle boucle de 101 km.

Pierre-Yves arrête. Moi, je bois facilement 2 litres d’eau pour refaire le plein et reprendre deux bidons.

Michel repart, maintenant tout seul, il me faudra 25 km pour le rejoindre. Cette fois nous longeons le canal Anvers-Liège entre Dessel et Tessenderloo. Un peu long, le vent ne nous aide pas. A Rosselaer, il faut chercher à la devanture d’un magasin de vélo quel maillot (sur les deux en vitrine) a été signé par Tom Bonne : Celui de champion du monde ou celui de champion de Belgique : Belgique !!

Retour vent de face. Mes muscles ne commencent plus à fatiguer, ils le sont. On plafonne maintenant à 25/26 km/h. Michel à un GPS qui bloque régulièrement. Une pause cimetière pour faire le plein d’eau et nous finissons à pile 18h30. 26,2 km/h pour faire les 97 km restants : Moyenne globale, 27,4 km/h pour 302 km. Aller, mes vieux muscles peuvent encore un peu montrer qu’ils existent toujours. Mais bon, heureusement que Pierre-Yves et Michel étaient là pour les relais.

A l’arrivée, je retrouve Patrice, qui a terminé son 208 km, depuis pas si longtemps que ça.

Belle journée, beau parcours, on s’est bien amusé, c’est tout ce qui compte.

Et maintenant, deux jours de récup pour faire le 300 de ‘Little Belgium‘, ce sera une autre histoire, rendez-vous que j’attends depuis de longues semaines.

Lien vers le parcours Strava

________________________________________________________________________________________________

Dimanche 12/07/2020 : Un peu (beaucoup) de dénivelé
Par Alain Darville

Lien vers les photos

Comme ce sont les vacances, nous sommes déjà beaucoup moins nombreux que lors des quelques sorties post-confinement. Kim propose de faire un petit parcours de son cru, +-80 km et +-800 m de dénivélé. Nous sommes 6, Jean-Louis, Jos, Philippe, Daniel, Kim et moi.

Le début est assez roulant, en plus le vent nous pousse. Nous allons faire un peu de Payot. Jusque Petit-Enghien, tout va bien, mais ensuite le dénivelé va commencer à s’accumuler. Le Bois de Hennuyère, Ronquières, un Golf (Château de la Tournette), Ittre, Braine-le-Château, le Bois de Halle et le Bruineput. Jos n’arrête pas de dire qu’il va finir par le canal, il continue quand même avec nous.

Daniel a oublié de mettre de l’huile, en roue libre, cela fait une sorte de grincement.

Le 200 de hier commence à faire mal dans les longues montées. Le Bruineput, seul Kim et moi, nous y allons. Les autres suivent Jos, par le canal. Et malgré le Bruineput, nous les récupérons le long du canal, sauf Jean-Louis, qui avait un diner/BBQ/valise à faire, et qui est déjà loin.

Les 800 m de dénivelé se sont transformés en 910 m. Mais bon, encore une variante de parcours.

Lien vers le parcours Strava

________________________________________________________________________________________________

Samedi 11/07/2020 : Le BRM 200 de Tervuren
Par Alain Darville

Lien vers les photos de John Partington

Premier BRM de l’ère Covid-19. Quatre mois après le dernier organisé à Anderlecht, on est reparti pour faire la série des BRM nécessaires pour devenir Super-Randonneur. Et ce en un peu plus d’un mois, au lieu des 4 mois habituels.

Les inscriptions se font à l’avance via le site www.Mybrevet.cc , avec des tranches horaires pour différents départs. John est bien présent avec le président de Randonneurs.be. Il y a 82 inscrits et sans doute autant de partants. Patrice s’y est remis, sans beaucoup d’entrainement, mais démarrant à 8h30, on ne l’a pas vu. On papote un peu après 4 mois de confinement, et Frank nous demande de partir asap.

Nous partons dans un petit groupe avec Serge, Bertil, Bruno, Alain, Michel, Marc et un peu à la traine, Yves et Eric.

Nous allons rouler dans le Limbourg direction Tongeren en contournant Saint-Trond, à la visite des vergers.

Serge est là avec son nouveau vélo. Il a du succès. Un cadre en acier, mélange de vintage et de modernité, une couleur jaune moutarde. Pas très léger comme vélo, mais Serge est tellement fort qu’on ne verra pas la différence.

L’allure est assez soutenue, la moyenne oscille autour des 27 km/h. Premier contrôle à Rummen. Un peu bordélique. Comme maintenant, on peut faire n’importe quoi (cachet ou signature n’importe où, photo et dans d’autres BRM, répondre à des questions), il faut un peu s’y retrouver. Bertil, Bruno et Alain en profitent pour partir, on va les récupérer à la faveur d’une pause pipi. Nous continuons avec notre petit groupe.

Au 2ème contrôle à Tongeren, on essaye d’éviter un café où il y a trop de monde.  On met le masque dès qu’on doit rentrer dans le café, mais on est les seuls à le faire.

Et c’est reparti. Le dénivelé sera plus important et le vent beaucoup moins favorable. On va faire 3 crevaisons : Une de Michel et deux de Yves. Yves fait deux crevaisons consécutives. Marc oblige Yves à changer de pneu, et donne le sien à Yves.

Au dernier contrôle de Velm, on squatte la terrasse du café. Serge ne veut plus quitter son vélo. Il avait déjà peur qu’on vole son vélo avant, maintenant il veut aller boire un verre avec lui. Le patron du café, qui est ici masqué, lui demande bourument, de le mettre avec les autres. Du coup Serge s’agite et va voir si son vélo est toujours là toutes les 30 sec, et le patron lui demande encore plus bourument de mettre un masque s’il continue à s’agiter comme ça.

Bertil et Cie annoncent de la pluie et s’en vont en vitesse. Quelle pluie ? Nuages et soleil, mais il fait sec.

Un ancien collègue d’Yves roule avec lui. Militaire comme Yves, l’a été, c’est un ancien ultra-trailer à pied, mais les genoux en ont décidé autrement.

Nous finissons un peu après 17h, 26 km/h de moyenne. Beau BRM, bonne ambiance. Quelques zones de travaux font que les BRM doivent se rouler de plus en plus avec des pneus plus larges, cela permet de faire du gravel.

A l’arrivée, Serge recommence son cinéma avec son vélo. Après l’avoir amené avec lui, mais il dérange tout le monde, il le met à coté de John qui réceptionne les cartes.

Il faut mettre la trace GPS via Strava sur le site de Mybrevet. Toujours pas compris ce qui se passera si la trace n’est pas acceptée ou qu’on a raté un contrôle, alors que la carte de BRM est correcte.

Lien vers le parcours Strava

1 réflexion sur « Sorties Juillet 2020 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close